Frédéric Dupuis, le virtuose et son sketchbook

Frédéric Dupuis

_

Bio

Sherbrookois d’origine, ce Montréalais joint les rangs du design graphique après quelques années de travail en tant qu’animateur traditionnel. Bachelier de l’école de design graphique de l’UQAM, il a aussi étudié au BAU (Centro universitaire de diseno de Barcelona), se méritant quelques prix pour ses projets universitaires. Se concentrant principalement sur le branding, l’illustration et le motion design, il travaille en tant que designer autonome pour des agences montréalaises telles que Paprika, Akufen et Écorce.

_

Entrevue

Comment as-tu su que le design t’intéressait?
Enfant, je ne me lassais jamais de regarder travailler et d’imiter mon père, un lettreur qui faisait à peu près toutes les enseignes du coin. Je dessinais beaucoup et j’intégrais toujours des logos ou des éléments typographiques à mes petits projets. C’est pas comme si j’avais soudainement découvert le design graphique parce que j’ai toujours été un peu dedans.

Collectionnes-tu quelque chose?
Je suis un ramasseux de nature, particulèrement les vieilles affaires de la deuxième moitié du XXe siècle. Des vieilles caméras, des caisses de Coke en bois, des vieux jouets… Tous des objets aussi inutiles les uns que les autres mais qui revêtent souvent un intérêt graphique. J’essaie d’être plus sélectif depuis quelques années parce que ça finit par être assez envahissant pour pas grand chose. J’ai réalisé qu’il n’était pas nécessaire de posséder les choses pour les apprécier.

En quoi ton parcours influence-t-il ton travail?
J’ai grandi avec un letterer old-school qui faisait tout à la main (autant ses sketchs que ses rendus finaux) pour ensuite travailler quelques années dans le monde du dessin animé traditionnel. Ça a certainement influencé ma façon de travailler car le dessin est à la base de tout ce que je fais graphiquement. Pour moi, tout commence avec un crayon et un sketchbook.

Un livre que tu recommandes? Pourquoi?
Dans les classiques, je recommande fortement ‘Toughts on Design’ de Paul Rand. Écrit en 1947, les principes qu’il met de l’avant sont toujours aussi valables. Plus récemment, The Shape of Design, de Frank Chimero propose aussi une vision logique et utilitaire du design. On peut le lire en ligne. Ces deux livres, issus d’époques différentes, sont tout aussi remarquables pour leur contenu que pour leur contenant.

Nomme une source d’inspiration, quelle qu’elle soit.
Les musées d’arts sont remplis d’oeuvres qui ont traversé les époques et dont les designers peuvent s’inspirer: composition, couleurs, thèmes, styles…

Personnellement, comment définis-tu le «beau»?
Quelque chose de secondaire à laquelle la société d’aujourd’hui donne beaucoup d’importance. Dans le monde du design, la fonction devrait toujours passer avant l’esthétisme. Pourtant…

_

Travail

3cartes Chez-Baptiste_prints_02 CiF_inked_zps6ed13051 Exil_covers front Gradesavers_B-Logo-white GTMTL-Logo GTMTL-poster1_zpsb9e70e46 IP_closeup

Mtl-350_closeup

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s