Vincent Tourigny: arts, illustrations & vélo

Vincent Tourigny / vtourigny.com

_

Bio

1236973_579926988736350_340334642_n

Suite à des études collégiales en Arts et en illustration, Vincent Tourigny complète un baccalauréat en design graphique à l’UQÀM. Aujourd’hui, il travaille en tant que graphiste et illustrateur. Il est cofondateur de Disamare, une entreprise de casquettes de vélo, et travaille dans le domaine de la mode à temps plein. Il réalise également des contrats comme pigiste en design graphique et en illustration. Membre du collectif Le Bled, il prépare une exposition pour l’automne 2015. La sortie de son livre La Jenkins, est également prévue pour cet automne.

_

Entrevue

Comment as-tu su que tu que le design t’intéressait?
L’enfant qui dessine tout le temps dans la classe, c’était moi. À l’adolescence, j’ai commencé à faire du graffiti à Lachine. C’est à travers le graff que j’ai développé un intérêt pour les arts. Malgré les réticences de mes parents, j’ai finalement fait des études collégiales en arts et en illustration. Par la suite, j’ai décroché un emploi de designer graphique dans une compagnie de pétards de Noël!! C’est là que j’ai été initié au design graphique ah ah! Évidemment, comme je voulais faire plus que des pétards dans ma vie, je me suis inscrit à l’UQÀM en design graphique…

Y a-t-il un sujet récurrent dans ton travail? Si oui, lequel et pourquoi?
Comme j’aime beaucoup dessiner, j’aime travailler sur des projets où la trace du créateur est perceptible. Je me reconnais dans les esthétiques avec une âme plus crafty comme le sign painting. Je préfère les méthodes de production qui ne sont pas digitales. Par exemple, j’adore le rendu que donne la sérigraphie, une technique que J’utilise beaucoup dans mon travail.

Collectionnes-tu quelque chose? Si oui, quoi?
Si on peut dire. Je suis un grand adepte de cyclisme et j’ai une petite collection de vieux vélos italiens. Chaque vélo à un rôle spécifique selon le type de sortie que j’ai à faire. J’adore leur vécu et la main de l’artisan derrière chaque petit détail.

VINCENT TOURIGNY OAK STREET COPENHAGUE-PAPIER NATUREL-LR-croped

Nomme une source d’inspiration, quelle qu’elle soit.
Alain Pilon. Pour moi, c’est un grand de l’illustration au Québec. J’ai découvert Alain il y a longtemps et j’ai toujours admiré son travail. Depuis trois ans, j’ai la chance de le côtoyer personnellement et il reste une grande source d’inspiration pour moi.

As-tu une passion? Laquelle?
Une de mes grandes obsessions est le vélo. Avec ma copine j’ai d’ailleurs fondé Disamare en 2013, une compagnie de casquettes de vélo. Chaque année, nous nous amusons à créer des collections limitées et collaborer avec d’autres designers et artistes. Cet été, nous avons travaillé avec la marque montréalaise Boro Clothing sur un projet qui s’inspire du design cycliste classique.

Le graffiti, une sous-culture que j’ai maintenant quittée, m’a aussi beaucoup marquée. Afin de clore cette partie de ma vie, je travaille actuellement sur un projet passionnant qui prendra la forme d’un livre. Je suis très heureux que La Jenkins voit le jour cette année. Pour ce faire, j’ai la chance de collaborer avec Possibles Éditions, une jeune maison d’édition unique en son genre.

Plus d’informations sur le lancement Disamare X Boro ce vendredi 5 juin ici.

logo disamare

boro disamare 1

99070007


DISAMARE-GARCON FLEUR-3 le lievre et la tortue

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s