David Beauchemin, tout en nuances

David Beauchemin / davidbeauchemin.com

_

moi

Bio

David Beauchemin est né un soir d’été, à Granby, où il à grandi avec ses trois soeurs. Suite à divers changements de directions et d’aspirations gravitant autour de l’art, il pose finalement pied à l’UQÀM, en 2011, où il approfondit sa pratique en design graphique.

À l’heure actuelle, David est probablement en train de faire une blague douteuse avec le mot brûlure & l’expression «ajuster ses flûtes».

_

Entrevue

Quelle est ta chanson favorite présentement? Pourquoi?
J’en ai plein!
Mais j’ai envie de parler de Svensk Sås, de Todd Terje. C’est une chanson que je trouve particulèrement stimulante et qui surtout, me fait rire. Si on la prend au premier degré elle peut sonner un peu électro/Punta Cana mais je reste convaincu que cette chanson est à 80% une farce rosée. Tout comme le reste de ses chansons. D’ailleurs, les illustrations de Bendik Kaltenborn pour ses albums, sont à découvrir.

Comment est-ce de partager sa vie avec un autre créateur?
Un avantage. Un Désavantage.

J’ai réalisé récemment que de passer son temps avec quelqu’un qui a le même horizon professionnel que soi, ou simplement un fort esprit critique, ce n’est pas pour tout le monde.

Pour nous, c’est vraiment complémentaire et naturel. Les créateurs ont parfois un égo trop présent pour pouvoir partager des projets, discuter et débattre mais ce n’est pas notre cas. Je pense que nos forces sont différentes et nos intérêts sont très liés, ça nous permet d’avoir des projets communs qui sont particuliers et édifiants. Nos mécaniques fonctionnent différemment, nous ne sommes pas composés des mêmes pièces. Par contre, il se peut que l’un ou l’autre ait simplement le gout d’écouter un ou deux X-files au lieu de parler de composition et de méthode d’estampage. Salut Julien Hébert!

Ton livre préféré. Pourquoi?
Black Hole de Charles Burns. C’est un roman graphique tragique, troublant, au sujet de l’adolescence et de la confusion de devenir un humain sexué. On oublis que c’est en noir et blanc tellement c’est bon comme un bon film. Chaque case pourrait être un tableau. Le genre de projet qui rend jaloux l’humain-créatif moyen.

ccuns-rideau

Quelle-est ta plus grande contradiction?
Hum… Mon plus grand paradoxe est tout un punch: je suis daltonien! Pour beaucoup, c’est dur à croire à cause de mon choix professionnel. Je ne suis pas colorblind, je vois les couleurs, mais beaucoup moins que la norme. C’est un handicap avec lequel je dois composer et je le sens toujours bien présent, dans tous les contextes. J’ai trouvé des façons de bien le contourner et l’apprivoiser, mais c’est en moi et je n’y peut rien. J’ai d’ailleurs toujours le réflexe de m’orienter vers des agencements de couleur dans mes projets, comme par déni, on dirait. Mais, un fond de maquette bien turquoise alors que je le crois gris, c’est dur à cacher. (Oui, ça peut aller jusque là. )

Une citation qui te touche particulièrement? Pourquoi?
«Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie.»
– Blaise Pascal

En référence à l’univers et ses mystères, qui certains sont à découvrir et d’autres seront à jamais cachés de la conscience humaine. C’est le vertige des possibilités infinis. Le parallèle avec la création est très fort je pense, c’est parfois super épeurant la liberté. En plus, j’ai l’air brillant de citer l’inventeur de l’unité de mesure; le Pascal. Ha, vous saviez pas?

 

4battaglia-lettredebutStationarry

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s